banniere-EM

Définission d'un échange standard

Effectuer un échange standard moteur est une opération définie par le décret n° 80-709 du 5 septembre 1980 relatif aux “fraudes et falsifications en ce qui concerne les véhicules automobiles”. Selon les termes du dit décret,
la mention échange standard ne peut être utilisée pour désigner, en vue de la vente, un moteur que s’il a été remis en état -conformément aux spécifications d'un échange du fabricant, soit par celui-ci, soit dans un atelier dont les moyens de production et de contrôle permettent de garantir les caractéristiques d’origine. La mention ‘échange standard’ doit apparaître sur tous les documents commerciaux notamment sur les devis de réparation, les bons de commande et de livraison et les factures.”

Une réfection complexe et complète

Le terme échange standard ne désigne donc pas la réparation, la reconstruction ou la rectification d’éléments d’un moteur.
Il stipule sa réfection totale. Tout moteur échange standard doit donc avoir été entièrement démonté et nettoyé. La culasse doit être contrôlée et, éventuellement, rectifiée. On doit aussi réaliser le contrôle du bloc-moteur, du vilebrequin, des bielles et de l’arbre à cames, et le remplacement de tous les autres composants: pistons, segments, soupapes, ressorts, coussinets de bielles, roulements, joints. Après remontage, son fonctionnement, testé sur banc de contrôle moteur, doit être en parfaite conformité avec les caractéristiques d’origine. On ne récupère pas “son” moteur remis à neuf, mais un moteur identique.

Changer le moteur ou changer de voiture?

Lorsque le véhicule est encore coté, la pose d’un moteur échange standard permet généralement d’effectuer 200000 kilomètres supplémentaires. La question est alors de savoir si la voiture elle-même supportera ce surplus kilométrique sans autres gros frais.

Changer le moteur ou le faire réparer?

Si le problème concerne la culasse (haut moteur), le type de réparations à engager va dépendre du kilométrage réel du moteur. En effet, sur un moteur dépassant 150000 km, la remise en état d’une culasse entraîne, par le rajeunissement du haut moteur, de trop fortes contraintes sur le bas moteur. A brève échéance, coussinets de bielles, vilebrequin et roulements de paliers risquent donc de rendre l’âme. Idem pour la boîte de vitesses. En revanche, dans le cas d’un moteur affichant moins de 100000 km, une culasse échange standard est, là, tout à fait envisageable.

D’autres pièces à changer?

Sur une auto de plus de 150000 km, le remplacement du moteur entraîne presque toujours celui de l’embrayage, du volant moteur, de la pompe à injection, des injecteurs, du radiateur et des durits d’eau, de la courroie d’accessoires, de l’alternateur et/ou du démarreur.
Le réparateur dispose de deux types de moteurs échange: l’un dit “nu”, c’est-à-dire avec distribution et pompe à huile mais sans pompe d'injection, injecteurs, ni pompe à eau (sauf si elle est entraînée par la distribution); l’autre équipé de ses organes périphériques(pompe d'injection, injecteurs). Généralement, les moteurs essence sont vendus nus aux réparateurs. Au moment du devis, il est néanmoins capital de se faire préciser par le garagiste à quel type de moteur (nu ou équipé) correspond le prix mentionné.

Qui fabrique les moteurs échange standard?

Il existe deux types d’échange standard: l’un effectué par le constructeur, l’autre réalisé par un industriel indépendant. Tous deux sont en tous points comparables, y compris au niveau coût. Chez les indépendants,aucun ne vendent aux particuliers. Ils “fabriquent” les moteurs échange standard pour les constructeurs automobiles qui, à leur tour, les vendent dans leur réseau de concessionnaires et agents.
Le prix d’un moteur échange standard est plus avantageux que celui d’un neuf car on en déduit la “reprise” de l’ancien moteur.

Garantie et disponibilité

Chez les indépendants, les échanges standards sont garantis de un à deux ans, pièces et main-d’œuvre. Cependant, les fabricants ont la même limite: les moteurs six-cylindres et plus sont en effet très rarement disponibles en échange standard chez les constructeurs (sauf durant les dix premières années de production, au cours desquelles ils sont contraints de le proposer contractuellement) ou chez les indépendants.

Pas de moteur disponible?

En cas de non-disponibilité d’un moteur échange standard, l’automobiliste doit se renseigner de la reconstruction de son propre moteur. Techniquement très proche de l’échange standard.

Chez qui aller?

L’automobiliste a tout intérêt à faire effectuer son échange standard chez un agent de marque, plutôt que chez un concessionnaire. Le taux de main-d’œuvre y est moindre et, compte tenu de la durée des travaux (20 heures de main-d’œuvre, voire davantage en cas de changement des composants périphériques), l’économie réalisée est donc plus importante. On peut aussi s’adresser à un réparateur multimarques. Pour juger de sa compétence, il suffit “d’éplucher” le diagnostic initial sur lequel doivent obligatoirement figurer la prise de compressions et l’analyse d’huile si le démontage de la culasse laisse supposer un bas moteur endommagé, et si le moteur a dépassé 150000 km.

Combien ça coûte?

Un moteur échange standard vaut environ 30 % moins cher qu’un moteur neuf. Une culasse échange standard vaut environ 50 % moins cher qu’un moteur échange standard. La main-d’œuvre pour la dépose-repose d’un moteur et de ses périphériques avoisine 20 heures. Enfin, la main-d’œuvre pour la dépose-repose d’une culasse avoisine 12 heures.
Dernier point à signaler, l’échange standard s’applique également à d’autres organes de la voiture: alternateur, démarreur, boite de vitesses, pompe d’injection et turbocompresseur. Autant de pièces sur lesquelles, par ce biais, on peut réaliser de substantielles économies.

article Auto-moto (Juin 2004)

Définition Echange Standard - Liens partenaires - Accueil - Présentation - Liste des marques - Garantie - Promo - Contact - Plan du site